PostgreSQLLa base de données la plus sophistiquée au monde.

Version anglaise

41.3. Déclarations

Toutes les variables utilisées dans un bloc doivent être déclarées dans la section déclaration du bloc. Les seules exceptions sont que la variable de boucle d'une boucle FOR effectuant une itération sur des valeurs entières est automatiquement déclarée comme variable entière (type integer), et de la même façon une variable de boucle FOR effectuant une itération sur le résultat d'un curseur est automatiquement déclarée comme variable de type record.

Les variables PL/pgSQL peuvent être de n'importe quel type de données tels que integer, varchar et char.

Quelques exemples de déclaration de variables :

id_utilisateur integer;
quantité numeric(5);
url varchar;
ma_ligne nom_table%ROWTYPE;
mon_champ nom_table.nom_colonne%TYPE;
une_ligne RECORD;
   

La syntaxe générale d'une déclaration de variable est :

nom [ CONSTANT ] type [ COLLATE nom_collationnement ] [ NOT NULL ] [ { DEFAULT | := | = } expression ];
   

La clause DEFAULT, si indiquée, spécifie la valeur initiale affectée à la variable quand on entre dans le bloc. Si la clause DEFAULT n'est pas indiquée, la variable est initialisée à la valeur SQL NULL. L'option CONSTANT empêche la modification de la variable après initialisation, de sorte que sa valeur reste constante pour la durée du bloc. L'option COLLATE indique le collationnement à utiliser pour la variable (voir Section 41.3.6, « Collationnement des variables PL/pgSQL »). Si NOT NULL est spécifié, l'affectation d'une valeur NULL aboutira à une erreur d'exécution. Les valeurs par défaut de toutes les variables déclarées NOT NULL doivent être précisées, donc non NULL. Le signe d'égalité (=) peut être utilisé à la place de :=, qui lui est conforme au PL/SQL.

La valeur par défaut d'une variable est évaluée et affectée à la variable à chaque entrée du bloc (pas seulement une fois lors de l'appel de la fonction). Ainsi, par exemple, l'affectation de now() à une variable de type timestamp donnera à la variable l'heure de l'appel de la fonction courante, et non l'heure au moment où la fonction a été précompilée.

Exemples :

quantité integer DEFAULT 32;
url varchar := 'http://mysite.com';
id_utilisateur CONSTANT integer := 10;
   

41.3.1. Déclarer des paramètres de fonctions

Les paramètres passés aux fonctions sont nommés par les identifiants $1, $2, etc. Éventuellement, des alias peuvent être déclarés pour les noms de paramètres de type $n afin d'améliorer la lisibilité. L'alias ou l'identifiant numérique peuvent être utilisés indifféremment pour se référer à la valeur du paramètre.

Il existe deux façons de créer un alias. La façon préférée est de donner un nom au paramètre dans la commande CREATE FUNCTION, par exemple :

              CREATE FUNCTION taxe_ventes(sous_total real) RETURNS real AS $$
BEGIN
    RETURN sous_total * 0.06;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
    

L'autre façon est de déclarer explicitement un alias en utilisant la syntaxe de déclaration :

nom ALIAS FOR $n;
    

Le même exemple dans ce style ressemble à ceci :

              CREATE FUNCTION taxe_ventes(real) RETURNS real AS $$
DECLARE
    sous_total ALIAS FOR $1;
BEGIN
    RETURN sous_total * 0.06;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
    
[Note]

Note

Ces deux exemples ne sont pas complètement identiques. Dans le premier cas, sous_total peut être référencé comme taxe_ventes.sous_total, alors que ce n'est pas possible dans le second cas. (Si nous avions attaché un label au bloc interne, sous_total aurait pu utiliser ce label à la place.)

Quelques exemples de plus :

              CREATE FUNCTION instr(varchar, integer) RETURNS integer AS $$
DECLARE
    v_string ALIAS FOR $1;
    index ALIAS FOR $2;
BEGIN
    -- quelques traitements utilisant ici v_string et index
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;


CREATE FUNCTION concat_champs_selectionnes(in_t un_nom_de_table) RETURNS text AS $$
BEGIN
    RETURN in_t.f1 || in_t.f3 || in_t.f5 || in_t.f7;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
    

Quand une fonction PL/pgSQL est déclarée avec des paramètres en sortie, ces derniers se voient attribués les noms $n et des alias optionnels de la même façon que les paramètres en entrée. Un paramètre en sortie est une variable qui commence avec la valeur NULL ; il devrait se voir attribuer une valeur lors de l'exécution de la fonction. La valeur finale du paramètre est ce qui est renvoyée. Par exemple, l'exemple taxe_ventes peut s'écrire de cette façon :

              CREATE FUNCTION taxe_ventes(sous_total real, OUT taxe real) AS $$
BEGIN
    taxe := sous_total * 0.06;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
    

Notez que nous avons omis RETURNS real. Nous aurions pu l'inclure mais cela aurait été redondant.

Les paramètres en sortie sont encore plus utiles lors du retour de plusieurs valeurs. Un exemple trivial est :

              CREATE FUNCTION somme_n_produits(x int, y int, OUT somme int, OUT produit int) AS $$
BEGIN
    somme := x + y;
    produit := x * y;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
    

D'après ce qui a été vu dans la Section 36.4.4, « Fonctions SQL avec des paramètres en sortie », ceci crée réellement un type d'enregistrement anonyme pour les résultats de la fonction. Si une clause RETURNS est donnée, elle doit spécifier RETURNS record.

Voici une autre façon de déclarer une fonction PL/pgSQL, cette fois avec RETURNS TABLE :

CREATE FUNCTION extended_sales(p_itemno int)
RETURNS TABLE(quantity int, total numeric) AS $$
BEGIN
    RETURN QUERY SELECT s.quantity, s.quantity * s.price FROM sales AS s
                 WHERE s.itemno = p_itemno;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
    

C'est exactement équivalent à déclarer un ou plusieurs paramètres OUT et à spécifier RETURNS SETOF un_type.

Lorsque le type de retour d'une fonction PL/pgSQL est déclaré comme type polymorphe (anyelement, anyarray, anynonarray, anyenum et anyrange), un paramètre spécial $0 est créé. Son type de donnée est le type effectif de retour de la fonction, déduit d'après les types en entrée (voir la Section 36.2.5, « Types et fonctions polymorphes »). Ceci permet à la fonction d'accéder à son type de retour réel comme on le voit ici avec la Section 41.3.3, « Copie de types ». $0 est initialisé à NULL et peut être modifié par la fonction, de sorte qu'il peut être utilisé pour contenir la variable de retour si besoin est, bien que cela ne soit pas requis. On peut aussi donner un alias à $0. Par exemple, cette fonction s'exécute comme un opérateur + pour n'importe quel type de données :

              CREATE FUNCTION ajoute_trois_valeurs(v1 anyelement, v2 anyelement, v3 anyelement)
RETURNS anyelement AS $$
DECLARE
    resultat ALIAS FOR $0;
BEGIN
    resultat := v1 + v2 + v3;
    RETURN resultat;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
    

Le même effet peut être obtenu en déclarant un ou plusieurs paramètres polymorphes en sortie de types. Dans ce cas, le paramètre spécial $0 n'est pas utilisé ; les paramètres en sortie servent ce même but. Par exemple :

              CREATE FUNCTION ajoute_trois_valeurs(v1 anyelement, v2 anyelement, v3 anyelement,
                                 OUT somme anyelement)
AS $$
BEGIN
    somme := v1 + v2 + v3;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
    

41.3.2. ALIAS

nouveaunom ALIAS FOR anciennom;
   

La syntaxe ALIAS est plus générale que la section précédente pourrait faire croire : vous pouvez déclarer un alias pour n'importe quelle variable et pas seulement des paramètres de fonction. L'utilisation principale de cette instruction est l'attribution d'un autre nom aux variables aux noms prédéterminés, telles que NEW ou OLD au sein d'une procédure trigger.

Exemples:

DECLARE
  anterieur ALIAS FOR old;
  misajour ALIAS FOR new;
    

ALIAS créant deux manières différentes de nommer le même objet, son utilisation à outrance peut préter à confusion. Il vaut mieux ne l'utiliser uniquement pour se passer des noms prédéterminés.

41.3.3. Copie de types

variable%TYPE
   

%TYPE fournit le type de données d'une variable ou d'une colonne de table. Vous pouvez l'utiliser pour déclarer des variables qui contiendront des valeurs de base de données. Par exemple, disons que vous avez une colonne nommée id_utilisateur dans votre table utilisateurs. Pour déclarer une variable du même type de données que utilisateurs.id_utilisateur, vous pouvez écrire :

              id_utilisateur utilisateurs.id_utilisateur%TYPE;
    

En utilisant %TYPE vous n'avez pas besoin de connaître le type de données de la structure à laquelle vous faites référence et, plus important, si le type de données de l'objet référencé change dans le futur (par exemple : vous changez le type de id_utilisateur de integer à real), vous pouvez ne pas avoir besoin de changer votre définition de fonction.

%TYPE est particulièrement utile dans le cas de fonctions polymorphes puisque les types de données nécessaires aux variables internes peuvent changer d'un appel à l'autre. Des variables appropriées peuvent être créées en appliquant %TYPE aux arguments de la fonction ou à la variable fictive de résultat.

41.3.4. Types ligne

nom nom_table%ROWTYPE;
nom nom_type_composite;
   

Une variable de type composite est appelée variable ligne (ou variable row-type). Une telle variable peut contenir une ligne entière de résultat de requête SELECT ou FOR, du moment que l'ensemble de colonnes de la requête correspond au type déclaré de la variable. Les champs individuels de la valeur row sont accessibles en utilisant la notation pointée, par exemple varligne.champ.

Une variable ligne peut être déclarée de façon à avoir le même type que les lignes d'une table ou d'une vue existante, en utilisant la notation nom_table%ROWTYPE. Elle peut aussi être déclarée en donnant un nom de type composite. Chaque table ayant un type de données associé du même nom, il importe peu dans PostgreSQL™ que vous écriviez %ROWTYPE ou pas. Cependant, la forme utilisant %ROWTYPE est plus portable.

Les paramètres d'une fonction peuvent être des types composites (lignes complètes de tables). Dans ce cas, l'identifiant correspondant $n sera une variable ligne à partir de laquelle les champs peuvent être sélectionnés avec la notation pointée, par exemple $1.id_utilisateur.

Seules les colonnes définies par l'utilisateur sont accessibles dans une variable de type ligne, et non l'OID ou d'autres colonnes systèmes (parce que la ligne pourrait être issue d'une vue). Les champs du type ligne héritent des tailles des champs de la table ou de leur précision pour les types de données tels que char(n).

Voici un exemple d'utilisation des types composites. table1 et table2 sont des tables ayant au moins les champs mentionnés :

              CREATE FUNCTION assemble_champs(t_ligne table1) RETURNS text AS $$
DECLARE
    t2_ligne table2%ROWTYPE;
BEGIN
    SELECT * INTO t2_ligne FROM table2 WHERE ... ;
    RETURN t_ligne.f1 || t2_ligne.f3 || t_ligne.f5 || t2_ligne.f7;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;

SELECT assemble_champs(t.*) FROM table1 t WHERE ... ;
    

41.3.5. Types record

nom RECORD;
    

Les variables record sont similaires aux variables de type ligne mais n'ont pas de structure prédéfinie. Elles empruntent la structure effective de type ligne de la ligne à laquelle elles sont affectées durant une commande SELECT ou FOR. La sous-structure d'une variable record peut changer à chaque fois qu'on l'affecte. Une conséquence de cela est qu'elle n'a pas de sous-structure jusqu'à ce qu'elle ait été affectée, et toutes les tentatives pour accéder à un de ses champs entraînent une erreur d'exécution.

Notez que RECORD n'est pas un vrai type de données mais seulement un paramètre fictif (placeholder). Il faut aussi réaliser que lorsqu'une fonction PL/pgSQL est déclarée renvoyer un type record, il ne s'agit pas tout à fait du même concept qu'une variable record, même si une telle fonction peut aussi utiliser une variable record pour contenir son résultat. Dans les deux cas, la structure réelle de la ligne n'est pas connue quand la fonction est écrite mais, dans le cas d'une fonction renvoyant un type record, la structure réelle est déterminée quand la requête appelante est analysée, alors qu'une variable record peut changer sa structure de ligne à la volée.

41.3.6. Collationnement des variables PL/pgSQL

Quand une fonction PL/pgSQL a un ou plusieurs paramètres dont le type de données est collationnable, un collationnement est identifié pour chaque appel de fonction dépendant des collationnements affectés aux arguments réels, comme décrit dans Section 23.2, « Support des collations ». Si un collationnement est identifié avec succès (autrement dit, qu'il n'y a pas de conflit de collationnements implicites parmi les arguments), alors tous les paramètres collationnables sont traités comme ayant un collationnement implicite. Ceci affectera le comportement des opérations sensibles au collationnement dans la fonction. Par exemple, avec cette fonction

CREATE FUNCTION plus_petit_que(a text, b text) RETURNS boolean AS $$
BEGIN
    RETURN a < b;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;

SELECT plus_petit_que(champ_text_1, champ_text_2) FROM table1;
SELECT plus_petit_que(champ_text_1, champ_text_2 COLLATE "C") FROM table1;
    

La première utilisation de less_than utilisera le collationnement par défaut de champ_text_1 et de champ_text_2 pour la comparaison alors que la seconde utilisation prendra le collationnement C.

De plus, le collationnement identifié est aussi considéré comme le collationnement de toute variable locale de type collationnable. Du coup, cette procédure stockée ne fonctionnera pas différemment de celle-ci :

CREATE FUNCTION plus_petit_que(a text, b text) RETURNS boolean AS $$
DECLARE
    local_a text := a;
    local_b text := b;
BEGIN
    RETURN local_a < local_b;
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
    

S'il n'y a pas de paramètres pour les types de données collationnables ou qu'aucun collationnement commun ne peut être identifié pour eux, alors les paramètres et les variables locales utilisent le collationnement par défaut de leur type de données (qui est habituellement le collationnement par défaut de la base de données mais qui pourrait être différent pour les variables des types domaines).

Une variable locale d'un type de données collationnable peut avoir un collationnement différent qui lui est associé en incluant l'option COLLATE dans sa déclaration, par exemple

DECLARE
    local_a text COLLATE "en_US";
    

Cette option surcharge le collationnement qui serait normalement donné à la variable d'après les règles ci-dessus.

De plus, les clauses COLLATE explicites peuvent être écrites à l'intérieur d'une fonction si forcer l'utilisation d'un collationnement particulier est souhaité pour une opération particulière. Par exemple,

CREATE FUNCTION plus_petit_que_c(a text, b text) RETURNS boolean AS $$
BEGIN
    RETURN a < b COLLATE "C";
END;
$$ LANGUAGE plpgsql;
    

Ceci surcharge les collationnements associés avec les colonnes de la table, les paramètres ou la variables locales utilisées dans l'expression, comme cela arriverait dans une commande SQL simple.